Le compte à rebours est lancé.

L’année a démarré avec un petit chantier hivernal qui m’a permis de bien préparer le bateau en vue de la saison printanière et d’anticiper sur l’équipement nécessaire à la Mini Transat. J’en ai profité pour suivre des formations en météo, stratégie, gestion des avaries en mer, matelotage spécifique aux voiliers de course au large, etc. Une fois le bateau remis à l’eau, les entrainements ont commencé avec le Centre d’Entraînement Minis de Concarneau (pôle de course au large CEMC).

« AVANT-SAISON » DE COURSES QUALIFICATIVES. Du printemps à l’été, j’ai participé et « bouclé » 5 courses menées en solitaire ou en double, chacune durant entre 2 et 5 jours, parfois jusqu’en Irlande : autant d’évènements chouettes à suivre, pour le tracking de la course (cartographies en temps réel), les échanges chaleureux à terre et sur les pontons, l’ambiance particulière qui règne.

[CHALLENGE INSIDE]. Fin mai je suis partie seule, pour un périple entre la France et l’Irlande. Banzaï ! Il s’agit d’une des 2 étapes de qualification pré-requises pour la Mini Transat qui sont les plus exigeantes de la course au large. Un parcours initiatique autant qu’une formation autodidacte car il s’agit de connaître et de gérer son bateau, en autonomie (seul à bord, sans concurrent, sans organisation de course), plus de 1000 milles que j’ai parcourus en 8 jours !

Un dernier chantier estival boucle la préparation ultime de la transatlantique, en tirant les conclusions de la saison passée pour assurer tous les besoins du bateau et du skipper. Il est maintenant question de l’avitaillement (quel matériel, quelle quantité d’eau emporter ?) des derniers choix autour de l’énergie (panneaux solaires ?) de la nourriture embarquée, etc.

Puis viendra ce moment tant attendu…où l’aventure prend tout son sens. Estomacs crispés, visages tendus et heureux, rendez-vous à La Rochelle le 1er octobre 2017 pour le départ de la Mini Transat !

web-bandeau-haut-v2-nbvoeux-2017-v2-recadree-bis