[FLASH ARRIVÉE] 7ème, proto : Camille Taque

[Communiqué de la Mini Transat La Boulangère]
Crédits photos ©Christophe Breschi et ©Olivier Blanchet, pour la MT La Boulangère

Arrivée jeudi 16 novembre à 19h 21min 15 sec, heure métropole.
Elle a mis 15 jours, 5 heures, 13 minutes, 15 secondes pour rallier le Marin à une vitesse moyenne de 8,05 noeuds.

La galère heureuse
Septième de l’étape et vraisemblablement septième du classement général, Camille Taque en chavirait presque de bonheur. Elle qui depuis le départ de La Rochelle n’a cessé de cumuler les pépins techniques, a su les surmonter sans faire d’éclats. A l’entendre, ne restaient que les moments de plaisir intenses que procure une traversée de l’Atlantique en course.

Mis à part les grains des derniers jours et les boutons sur les fesses, pas grand-chose n’aurait pu entamer le moral de Camille. La jeune femme a tout surmonté avec une égalité d’humeur qui force l’admiration. Comme quoi la ténacité est une vertu essentielle pour qui veut passer sa Mini-Transat avec succès.

Capture d_écran 2017-12-11 à 13.50.30

Camille Taque à son arrivée, sur les pontons :
« Je suis surprise d’être aussi bien placée. Je pensais finir dans les dix au mieux. En fait, à chaque fois que je voulais écouter les classements ces derniers jours, j’avais quelque chose qui pétait à bord : une fois, c’était l’antenne BLU, une autre, le palan de quille. Peut-être que finalement j’ai une grande tolérance aux galères. Mais j’ai aussi fait attention à ne pas pousser le bateau au-delà de ce que j’estimais raisonnable. Je suis assez consciente de mes limites. Mais j’ai quand même réussi à me vautrer magistralement dans un filet de pêche au large de la Mauritanie.

Le pire, c’est quand même les grains : les dernières nuits étaient sans lune et tu sentais les grains qui arrivaient, mais tu ne savais pas ce qu’il allait se passer dessous, si le grain était développé, actif ou non. En début de traversée, l’alizé était clair, bien rangé. Je me disais que si c’était ça une Mini-Transat, ce n’était en fait qu’un grand convoyage. Avec les grains, j’ai changé d’avis, c’est vraiment du sport. Les grains et les boutons sur les fesses, ce sont les deux choses que j’ai détestées. Un jour, je me suis fait surprendre dans un grain, je n’ai pas eu d’autre choix que de rester à la barre ; le bateau filait à près de vingt nœuds… C’est une énorme expérience, je ne regrette rien. »

Cerise sur le gateau… une courte vidéo de son arrivée ! Tournée et montée par Overlap Prod pour la Mini Transat La Boulangère.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s