Vous avez 3 minutes ? Prenez un peu de Mini Transat !

Voici trois « capsules », des films denses et très courts (1 minute chacun) réalisés par La Boulangère afin de présenter… l’esprit ? L’approche ? La façon d’être ? …de trois femmes parmi les dix qui ont pris le départ de la Mini Transat 2017.
Le premier est tourné lors des dernières préparations à la Rochelle. Le second entre les deux étapes de la course, à Las Palmas de Gran Canaria pendant notre escale. Le dernier après avoir « traversé la mare » à l’arrivée de cette longue glissade à travers l’Atlantique !

N’hésitez pas à voir celles de Marta Guëmes et de Charlotte Mery (les vidéos vous seront proposées automatiquement par YouTube) : elles valent leur pesant de cacahouètes 😀
Merci à #La Boulangère, partenaire principal de la #Mini Transat la Boulangère, et Max Jouan pour cette initiative et ces films concis et vivants !

 

MT étape 2 : and Camille says…

[Elle prend la relève des actualités et ressort la plume, malgré sa main qui tremble 😛 ]

Près d’une semaine après mon arrivée, je sors du sas de décompression. Passer de la solitude en mer à tous ces débordements de joie, c’est, disons… intense. Tout aussi intense que cette formidable traversée bouclée en quinze jours et nuits. J’ai une certaine difficulté à mettre des mots dessus.

J’ai eu de longs moments de glisse et de surfs, d’adrénaline, un profond bonheur à sentir mon bateau en phase avec les vagues et le vent. Cela m’a demandé beaucoup de travail de matossage (placement des sacs et bidons) et de réglages des voiles mais il devenait parfois si léger à la barre, si fluide, on aurait pu dire qu’il dansait seul !

Capture d_écran 2017-12-11 à 14.11.22

Beaucoup de moments durs. Je flippais tellement de démâter, je n’étais jamais sûre. Jamais en confiance totale. A chaque survente je vérifiais que mon mât tenait bon. Aaarrh ces nuits interminables à éviter un orage bardé d’éclairs au loin, à se faire pourchasser en aveugle par les nuages, à la merci de grains très ventés… jusqu’à l’aube libératrice et ses levers de soleil époustouflants. Je crois que je m’en rappellerai toute ma vie.

A part un gros vrac une nuit dans un filet de pêche le long de la Mauritanie et plusieurs frayeurs dans des grains puissants (après quoi j’ai affalé au moindre doute), je n’ai pas eu de véritable galère. J’ai fait en sorte que tout ce qui casse à bord ne dégénère pas : un taquet de bastaque qui tient le mât (dès le 2e jour) les poulies doubles du palan de quille, les winchs qui fatiguaient bien malgré l’entretien régulier… 5 jours avant l’arrivée, mon plus grand spi explose en lambeaux dans un grain. Dépit et frustration. Le vent a molli ensuite et j’aurais été plus rapide avec.

Physiquement, mon corps a encaissé mais la fin devenait difficile entre les secousses et mouvements saccadés du bateau et l’humidité permanente assez terrible pour la peau.

Mentalement, je me suis fait quelques nœuds dans la tête : c’est l’apprentissage de la tactique et de la météo. J’avais besoin de capter le classement pour me mettre un coup de pied aux fesses. Pendant 6-7 jours après le Cap-Vert j’ai été seule au monde, l’océan à perte de vue. S’il m’arrive quelque chose, je ne peux compter que sur moi-même. Plus tard et parfaitement par hasard j’ai croisé d’autres minis, que j’ai reperdus ensuite, jusqu’à l’arrivée. Je ne savais plus où j’étais dans le classement. Une seule chose : avancer. Naviguer suivant ce qui semble logique. Tenir, malgré les grains interminables.

Et, des milles et des milles plus loin, avec un vent de plus en plus faible et en ralentissant à cause de mon grand spi déchiré, j’ai fini par l’apercevoir… l’Arc Antillais ! Cette arrivée. Je voulais tellement approcher de jour. La Martinique est si belle. Haute île aux reliefs mouvementés, couverte de forêt vert clair. Assez près pour apercevoir des palmiers, le rivage et l’eau d’un bleu profond passant turquoise, le Marin encaissé dans sa baie. Quelle joie d’apprendre en « live » que je suis 7ème, mais quelle joie ! La ligne d’arrivée, le ponton, les amis et la famille sont là… Ce bonheur. Puissant. Total.

J’ai traversé l’Atlantique en solitaire !

Capture d_écran 2017-11-22 à 14.28.21

Je n’ai pas fini de vous remercier tous. Mais là, maintenant, je tiens particulièrement à remercier tous les participants à mon crowdfunding ainsi que mes sponsors qui ont décidé cet été de me soutenir : NEOTECH SAFETY, DEF MARINE, ADEXIA, MANAC’H IMMOBILIER. Sans votre soutien je n’aurais pas pu assurer les frais ni prendre le départ de la Mini Transat. Sans votre soutien je n’aurais pas pu préparer Foxsea Lady suffisamment pour encaisser cette fabuleuse course sans trop d’encombres. Cette aventure a abouti grâce à vous.

A très bientôt, depuis la terre ferme !

Camille

DEF MARINE // NEOTECH SAFETY
MANAC’H IMMOBILIER // ADEXIA
Helly Hansen​ // INO-ROPE.com

[ACTUS-Presse MT]

[Extrait d’un communiqué de la Mini Transat La Boulangère]
Crédit photo ©Christophe Breschi pour la MT La Boulangère – http://bit.ly/2Chrl83

Le grand écart
Ce n’est pas le moindre des charmes de la Mini-Transat La Boulangère que de proposer une véritable palette de profils et de caractères. Du benjamin de l’épreuve capable de se faire mal pour se transcender au doyen embarqué sur sa quatrième participation, du chef d’entreprise qui s’est pris un congé sabbatique pour participer au navigateur hétérodoxe qui va tirer le diable par la queue pendant des années pour assouvir soin rêve, la Mini, c’est aussi ces rencontres improbables, cette confrontation des parcours qui en font sa richesse. (…)

Alors que les arrivées se succèdent au Marin, chacun prend petit à petit la mesure de ce qu’il a réalisé (…).
Il y a enfin, ceux pour qui la Mini-Transat la Boulangère était une aventure un peu folle et s’est transformée en une véritable épopée, telle Camille Taque, première féminine en prototype qui a forcé l’admiration de nombre d’observateurs.

Article complet à lire ici 🙂 → http://www.minitransat.fr/actualites/le-grand-ecart

[FLASH ARRIVÉE] 7ème, proto : Camille Taque

[Communiqué de la Mini Transat La Boulangère]
Crédits photos ©Christophe Breschi et ©Olivier Blanchet, pour la MT La Boulangère

Arrivée jeudi 16 novembre à 19h 21min 15 sec, heure métropole.
Elle a mis 15 jours, 5 heures, 13 minutes, 15 secondes pour rallier le Marin à une vitesse moyenne de 8,05 noeuds.

La galère heureuse
Septième de l’étape et vraisemblablement septième du classement général, Camille Taque en chavirait presque de bonheur. Elle qui depuis le départ de La Rochelle n’a cessé de cumuler les pépins techniques, a su les surmonter sans faire d’éclats. A l’entendre, ne restaient que les moments de plaisir intenses que procure une traversée de l’Atlantique en course.

Mis à part les grains des derniers jours et les boutons sur les fesses, pas grand-chose n’aurait pu entamer le moral de Camille. La jeune femme a tout surmonté avec une égalité d’humeur qui force l’admiration. Comme quoi la ténacité est une vertu essentielle pour qui veut passer sa Mini-Transat avec succès.

Capture d_écran 2017-12-11 à 13.50.30

Camille Taque à son arrivée, sur les pontons :
« Je suis surprise d’être aussi bien placée. Je pensais finir dans les dix au mieux. En fait, à chaque fois que je voulais écouter les classements ces derniers jours, j’avais quelque chose qui pétait à bord : une fois, c’était l’antenne BLU, une autre, le palan de quille. Peut-être que finalement j’ai une grande tolérance aux galères. Mais j’ai aussi fait attention à ne pas pousser le bateau au-delà de ce que j’estimais raisonnable. Je suis assez consciente de mes limites. Mais j’ai quand même réussi à me vautrer magistralement dans un filet de pêche au large de la Mauritanie.

Le pire, c’est quand même les grains : les dernières nuits étaient sans lune et tu sentais les grains qui arrivaient, mais tu ne savais pas ce qu’il allait se passer dessous, si le grain était développé, actif ou non. En début de traversée, l’alizé était clair, bien rangé. Je me disais que si c’était ça une Mini-Transat, ce n’était en fait qu’un grand convoyage. Avec les grains, j’ai changé d’avis, c’est vraiment du sport. Les grains et les boutons sur les fesses, ce sont les deux choses que j’ai détestées. Un jour, je me suis fait surprendre dans un grain, je n’ai pas eu d’autre choix que de rester à la barre ; le bateau filait à près de vingt nœuds… C’est une énorme expérience, je ne regrette rien. »

Cerise sur le gateau… une courte vidéo de son arrivée ! Tournée et montée par Overlap Prod pour la Mini Transat La Boulangère.

2ème étape – Brèves d’actualités

[Pour suivre une actualité complète et en direct, faites un tour sur la page facebook : Allez tac L’Atlantique] Ces actus sont écrites ou relayées par des amis à terre sur la base de communiqués de la direction de course, de la cartographie en ligne (très sympa à suivre, ici) et d’interprétations plus ou moins hasardeuses 😛

Car Camille n’a aucun contact avec la terre.

 

4 nov – 12h30 – Quitter les Canaries, cap sur le Maroc et la Mauritanie

Partis mercredi midi 1er novembre de Las Palmas aux Canaries, les skippers et leurs bateaux ont navigué sud sud-ouest pendant 3 jours en se rapprochant des côtes marocaines puis mauritaniennes, empannage après empannage, dans un vent de nord-est soutenu. Il semble que ce soit assez risqué de naviguer près de ces côtes, au regard des lourds dégâts sur la flotte de minis : démâtages, collisions avec des OFNI (Objets Flottants Non Identifiés : déchets, bouts de bois, filets de pêche, cétacés…), présence de pêcheurs non repérables (sans AIS) et potentiellement, de pirates. Mais leurs stratégies de course les conduit très près des côtes.

Vendredi soir ils ont mis le cap au sud-ouest vers Le Cap Vert.
Pour le moment concernant Camille : « pas de nouvelles = bonnes nouvelles ».

5 nov – 19h30 – 11ème, Archipel du Cap Vert en vue

carto 11

Ce dimanche matin aux premières lueurs du jour, les premiers Minis ont franchi la « porte » imposée entre les deux îles du nord de l’Archipel du Cap Vert aux reliefs mouvementés : Santo Antao et Sao Vicente. Foxsea Lady est actuellement 11ème sur 24 prototypes en course et devrait passer à travers ce soir jusqu’au milieu de la nuit (2h de décalage avec notre heure française).

carto 12

coastal_landscape_sea_coast

Imaginons un peu…

Camille, tu vois les paysages volcaniques en contre-jour au soleil couchant. Tu les reverras loin derrière toi demain matin au levant !
Ensuite… C’est « tout droit ». Façon de parler. 2000 milles portés par les alizés jusqu’à la prochaine terre, l’île de La Martinique, et la destination… la Baie du Marin.

5 nov – 22h30 – 9ème

Le 791 est passé à travers les majestueuses îles du Cap Vert, mais a aussi « recollé au paquet » et gagné deux places. Apparemment Camille ne lâche rien. « …Cap à l’ouest ! »

8 nov – 19h40 – 9ème

Ahhhhh mais que fait Foxsea Lady toute seule dans le sud ? A terre certains s’arrachent les cheveux (ou ce qu’il en reste)

carto 7

10 nov – 9h00 – 9ème

Il semble que ton « option sud » soit bonne Camille, restes-y… Steupléééé 🙂

12 nov – 08h40

Foxsea Lady est en super forme et a encore grimpé : ce matin à 6h00, le 791 se place en 7ème position !

carto 5

carto 4

13 nov – 23h00 – 7ème

A moins qu’un événement imprévu vienne chambouler le classement de 22h :
– le 1er en catégorie « Prototype » devrait arriver demain mardi en milieu de journée et les 2e, 3e, 4e Protos la nuit suivante ou mercredi
– le 1er de « Série » mercredi soir
– puis les 5e et 6e Protos dans la nuit de mercredi
– la 2e en « Série » (Clarisse, 1ère fille) et les 3e, 4e, 5e
– puis Camille sur Foxsea Lady, attendue jeudi, en 7ème position (et 1ère fille Proto). Mais mais mais… le 8ème qui avance plus au nord que Camille, pourrait passer devant elle.

Le comité d’accueil familial s’envole demain mardi pour la Martinique et atterrira à 17h à Fort de France. Il est temps d’arriver. Fortes émotions en vue…

carto 3

16nov – 7h30 – 7ème

carto 1

sentlisi

Camille est en approche de Sainte Lucie et la Martinique. Son arrivée (ETA : Estimated Time of Arrival) est prévue vers 17h30 heure métropole, 12h30 heure locale.
On est là pour t’accueillir Camille, chapeau pour ce que tu fais, tu peux être très fière ! Et sûr que tu es heureuse, très heureuse, nous avons hâte de voir ton visage avec ce grand sourire !!!